Une forêt de broméliacées

mercredi 3 mai 2006.
 

Notre dernière sortie nous a conduits en forêt ; une forêt sempervirente saisonnière tropicale (ou forêt mésophile) du sud. Forêt dégradée des régions inférieure et moyenne de 0 à 300m d’altitude, classée ZNIEFF.

Toutes les conditions étaient réunies pour en faire une sortie réussie : le terrain sec, la rivière sèche nous permettant l’accès facile à la zone, le calme, la fraicheur, et la lumière diffuse du sous-bois, l’ambiance agréable et détendue et surtout la richesse des lieux retenant notre attention à chaque pas.

Après quelques mètres en terrain découvert qui nous permettait d’emblée de nous émerveiller de l’abondance des orchidées, nous penétrions dans la forêt, forêt secondaire dont les plus hauts arbres atteignent ici, 15 à 20 mêtres.

JPG - 69.6 ko
Oncidium ceboletta
orchidées de zones sèches

Nous avons pu ainsi reconnaitre [1] -le Courbaril (Hymenea courbaril - Cesalpiniacées) dont la gomme est utilisée dans l’industrie du vernis, au fruit farineux d’un goût particulier, apprécié en patisserie.

-le Bois pelé assez spectaculaire sans écorce, doux lisse couvert d’une fine couche poudreuse rouge, pelant en grands lambeaux.

-le Balata(Manilkara bidatata- Sapotacée) aux fruits comestibles dont les Amérindiens étaient "friands"

-le Gommier rouge (Bursera simaruba)- Burseracée ou arbres à encens dont la résine est utilisée pour les torches et flambeaux lors des sorties nocturnes et pour la pêche.

-le bois Moudong(Picrasma antillana- Cymaroubacées) protecteur dit-on, au bois irréductible

- le Bois d’Inde(Pimenta racemosa) aux feuilles si parfumées.

-le Bois Grillé pour la fabrication des nasses de pêche.

-le Poirier( Tabebuia hétérophylla, aux graines héliophiles, avenir de la forêt...et bien d’autres arbres et arbustes.

JPG - 79.8 ko
Aechmea lingulata(Wittmackia lingulata)
Assez commune, Petites Antilles, Grandes Antilles, Amérique centrale, Amérique du Sud. Epiphyte ou terrestre ou éventuellement saxicole comme ici. Forêts et mornes secs et humides.Alt.0-700m. Pouvant atteindre 1 mètre et plus.

Bien que dégradée et appauvrie cette forêt reste riche, riche d’arbres et d’arbustes divers mais aussi d’une grande variété d’épiphytes. Tout au cours de notre marche nous avons pu apprécier différents genres et espèces de broméliacées, d’orchidées, d’aracées.

JPG - 86.8 ko
Bromélia plumieri(Karatas, Pengwen, Monkey banaba)
assez rare. G, M, Amérique centrale, Amérique du Sud, Grandes Antilles. Alt.5-300m. Fl.janv-fevr,grande herbe de jsq 3m.des endroits secs et peu boisés. fruit fusiforme subcylindrique, couvert de poils courts, comestible.

Les différents genres de broméliacées [2] se succédaient en zones distinctes tout en s’interpénétrant.

JPG - 34.2 ko
Inflorescence de Bromélia plumieri( karatas Pingwing, Pengwen, Monkey banana)
Fleurs nombreuses, roses, insérées sur une tête large, située au fond de la corbeille foliaire.pédicèle court et gros, tube caliciel cylindrique garni de poils laineux couchés, pétales roses à marge et base blanches.

C’étaient d’abord les bromelia plumieri aux grandes feuilles épineuses pouvant atteindre 3 mêtres ,que nous avons eu le bonheur de voir en fleurs, mais pas de gouter à leur baies dit-on délicieuses.

JPG - 70.9 ko
Aechmea lingulata(Wittmackia lingulata)Ananas sauvage-
Inflorescence d’Aechmea lingulata.Panicule à 5-7 branches ; fl.polystiques, sessiles, cor.blanchâtre ou rose.

Puis et en même temps les Aechmea lingulata(ou Wittmackia lingulata qui nous permettaient de comprendre que bien que surtout épiphytes elles puissent aussi être terrestres et même saxcicoles.

JPG - 69.6 ko
Vriesea antillana ou Tillandsia ?

Nous posant un problème d’identification un tillandsia ou plutôt une vriesea antillana ? seule l’étude de la fleur nous éclairera.

JPG - 68.9 ko
Pitcairnia spicata(Zannana montann)—Endémique de la Martinique
Herbe terrestre ou saxcicole, de1-1,5m de H. Alt :(0)800-1350m. pentes de la Montagne Pelée ; ici, en zone basse, peut-être un hybride naturel avec P. angustifolia ; sur les falaises des bords de la rivière. Fleur surtout fev-juillet

Les Pitcairnia, surplombant la rivière, n’étaient malheureusement plus en fleur, mais les inflorescences sèches permettent de penser qu’il s’agirait de Pitcairnia spicata qui est une endémique de la Martinique( une des deux endémiques de la Martinique avec l’Aechmea serrata), de pitcairnia angustifolia et peut-être aussi un hybride naturel des deux.

JPG - 58.6 ko
Tillandsia utriculata.
Plante solitaire.alt.(0)200-600m.fl.presq toute l’année.Commune,très répandue : Petites et Grandes Antilles, Mexique,Amérique centrale. En toutes régions sur beaucoup d’arbres.

De çi de là quelques Tillandsia utriculata voisinaient avec les pitcairnia.

JPG - 73.6 ko
Guzmania lingulata(Zannana bwa, Zannana mawon)
herbe arboricole, H 45-60cm, forêt hygrophile surtout,Pa, GA, Amérique central, Amerique du Sud. Alt.(50)300-700m, fleuri oct-janv.

Et puis, bien plus en hauteur, ce fut l’enchantement des Guzmania lingulata, un ravissement dans la lumière diffuse, tamisée du sous-bois ; aussi bien arboricoles que terrestres ils s’étendent en de larges nappes.

JPG - 24.7 ko
Guzmania lingulata.
Inflorescence du Guzmania lingulata. plus courte que les feuilles, fleurs en capitule large corymbiforme.bractéoles en général rouge, pétalesblancs ou jaunes.

On pouvait s’étonner de voir des plantes aussi volumineuses accrochées de maniere stable à des tiges aussi minces en sachant que le coeur de la rosette est rempli d’eau.

On y passerait la journée entière, mais nous y retournerons ne serait-ce que pour voir les Pitcairnia en fleurs et goûter aux baies des Karatas.

 [3]

[1] Le milieu naturel martiniquais à l’époque amérindienne. Jean-Pierre FIARD

[2] Flore illustrée des phanérogames de la Guadeloupe et de la Martinique. Jacques FOURNET

[3] ZNIEFF Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique


Forum