La Dengue

les broméliacées responsables ?
lundi 31 octobre 2005.
 

La Dengue a pris une allure d’épidémie grave depuis début juin 2005.

Quelques chiffres : 1192 cas, confirmés par la sérologie, en 4 mois. 88 cas hospitalisés dont 1 cas grave : forme hémorragique.

Le virus de la Dengue est véhiculé par un moustique :l’AEDES EGYPTII.

Les broméliacées peuvent-elles servir de gîtes aux larves de l’Aedes Egyptii ?

Accusées d’abriter les larves de moustiques responsables de la Dengue, les broméliacées ont été largement détruites aux environs des villes aussi bien au Brésil qu’au Venezuela.

Qu’en est-il vraiment ? Faisons un rapide rappel sur la Dengue, sur les moustiques, avant de discuter de la responsabilité des Broméliacées. Nous verrons alors, le cas échéant, comment éviter le développement des larves dans nos Broméliacées.

LA DENGUE

Maladie virale des régions tropicales due au virus de la Dengueet transmise à l’homme par la piqûre du moustique AEDES AEGYPTII, qui s’infecte en piquant une personne malade.

Il en existe deux formes : -la forme classique. - la forme morragique plus rare. - La classique est faite de : fièvre -maux de tête—coubatures-nausées voire vomissements-asthénie qui va durer -éruption de petites taches rouges sur tout le corps au 5*-6* jour. L’évolution se fait sur une semaine environ.

- L’hemorragique, beaucoup plus rare, se présente comme la classique mais au 3* jour apparaissent des signes de gravité avec surtout des saignements cutanés, digestifs, génitaux-urinaires. Evolution très rare vers le coma et le décès.

Le seul moyen de prévenir la Dengue est la lutte contre les moustiques.

LES MOUSTIQUES

Il existe 3000 espèces dans le monde entier dont 300 qui piquent . En Martinique il existe 22 espèces dont l’Aedés egyptii vecteur de la Dengue et de la Fievre jaune.. Le Culex pipiens quinque fasciatus et l’ Ochlerdatuss taeniorhychus sont en Martinique responsables de fortes nuisances pour la population à cause de leurs piqûres urticantes.

La lutte contre les effets néfastes des moustiques sur la santé et la qualité de vie passe par -la suppression des gites et -l’utilisation rationnelle et raisonnée d’insecticides.

Suppression des gites utiles répertoriés

-les réservoirs d’eau. -les mares-étangs-bassins -gouttières-caniveaux. - tous les lieux d’eaux stagnantes : vases à fleurs -coupelles-et autres contenants comme les vieux pneus ect ...

Qu’en est-il des BROMELIACEES ?

Selon les résultats des travaux de recherche sur l’écologie des principales espèces de moustiques, « les moustiques se développant dans les Broméliacées sont tous du genre Wyeomyia connus de ce fait comme étant les moustiques des Broméliacées »- A signaler que les broméliacées sauvages, non traitées par les pesticides ne possèdent pas de moustique ; d’une part du fait de la présence d’un prédateur de moustiques :le Mesocyclop et d’autre part du fait des Algues Spirogyra, autres prédateurs qui flottent à la surface de l’eau des rosettes et la rendent impénétrable aux larves.

Cependant, les moustiques peuvent profiter de l’eau des vases des broméliacées cultivées comme habitat dans certaines conditions très rares(dans deux cas signalés ) ( mais les larves ont toujours été retrouvées en quantité négligeable. )Il faut savoir que les plantes ombragées attirent les moustiques ainsi que les neoregelia dont les vieilles fleurs en décomposition offrent un abri aux larves : les vieilles fleurs fermentent ,libèrent du Co2 et de la chaleur qui attirent les moustiques.

LES CONSEILS

Les moyens de lutte dont nous disposons en tout état de cause :

1- Vider régulièrement l’eau des broméliacées ( tous le 3-5 jours).

2-Enlever les fleurs mortes des Neoregelia.

3-Utiliser le marc de café ( ou du café moulu) qui tue les larves. Le tabac agirait de même.

4-Pulvérisation, en saison des pluies, d’un insecticide non nocif ainsi conçu : Mélanger 50ml d’alginox + 50ml de vinaigre + 100ml de kérosène dans 5 litres d’eau une fois par semaine-une précaution : rincer 15 mn après les plantes délicates et les jeunes feuilles.

* [1] : Algue verte commune dans les eaux douces, dont les filaments , non ramifiés, portent un ruban spiralé de chlorophylle.

**Bromeliads for the comtempory garden , Andrew Steem.

***Broméliads and Mosquitos, by Rob Smythe- revue “journal of BSI.”

****More on Mosquitos, by : Derek Butcher ; based on research by John Catlan. revue “ journal of BSI”

[1] Spirogyre