DES BROMELIACEES "EN CASCADE"

SORTIE EN FORÊT AU PRECHEUR

mercredi 2 mars 2016.
 
Une matinée détente au coeur de la forêt.

Quelle belle journée ensoleillée, propice à l’exploration de la forêt de la rivière Couleuvre afin d’apprécier son calme et son incroyable générosité. Cette forêt tropicale mésophile, située à 500 m de la superbe plage de l’Anse Couleuvre, se trouve au Précheur, dernière commune sur la côte Nord Caraïbe de la Martinique.

(JPG)

C’est par la traversée d’une ancienne cacaoyère que nous avons débuté notre promenade, longeant des sentiers généralement accessibles, parfois glissants et souvent abrupts, en nous laissant enivrer par la nature luxuriante, entourés de cacaoyers (Théobroma cacao) aux cabosses de couleurs différentes (vertes, jaunes, rouges...) selon l’espèce, l’exposition à la lumière et le degré de maturité.

(JPG)

Superbes "lianes à canot".

Cet écrin de verdure est l’univers de grands arbres séculaires tels le châtaigner (Sloanea dentata) aux fruits garnis de piquants, le gommier blanc (Dacyodes excelsa) excellent bois de charpente, servant notamment à la construction d’ embarcations du même nom, le zamana ou samana (Samanea saman) magnifique arbre tropical au port très étalé jusqu’à 4 m de diamètre pour 25 m de haut. Son bois est utilisé pour la confection de meubles et de parquets.

(JPG)

Contreforts de "bwa rivyè".

Quel émerveillement devant les puissants contreforts, racines gigantesques aux formes inattendues, rappelant ici une baignoire là un panier et les lianes à canot (Amphilophium paniculatom) dont les fruits de couleur verte, de forme oblongue et aplatie sont composés de deux coupelles qui, séparées, rappellent deux canots.

(JPG)

Quelle symphonie de verdure adaptée au milieu tantôt obscur, tantôt éclairé : fougères arborescentes, philodendrons géants, palmiers, bambous, "bois lélé" ou "Bwa lélé" ou mélangeur (Quararibea turbinata) si cher à notre patrimoine et "Bwa rivyè" ou " bois rivières" (Chimarrhis cymosa) dont les branches servent de support à de nombreuses épiphytes.

(JPG)

Cette nature si calme, bercée par les chants des rivières et des petites cascades, est le refuge des Mygales ou matoutous falaises, (espèce endémique de la Martinique, non venimeuse, menacée par les collectionneurs), des Sarigues autrement appelés manicous et des scieurs de bois (Dynaste) dont la pince faciale est très impressionnante.

(JPG)

Mygale

On y découvre des plantes bien connues telles que les Pépéromias, les Tradescantias "Zébrina pendula", les Bégonias, les Sélaginelles ou mousse rampante qui cohabitent aisément avec les fougères de petite taille et bien sûr quelques espèces de broméliacées. En effet, des Tillandsias utriculata bien installés sur leurs branches et des Guzmanias lingulata, déployant majestueusement leurs feuilles, s’exposent aux regards admirateurs.

(JPG)

Guzmania lingulata

(JPG)

Pépéromia

(JPG)

Arbre couvert de Guzmania

Au terme de notre aventure, notre effort fut récompensé par le spectacle époustouflant qu’offre la cascade de la rivière Couleuvre abondamment tapissée de touffes de Pitcairnias angustifolia, autre variété de broméliacée le plus souvent lithophyte (poussant sur les roches) ou terrestre.

(JPG)

Une véritable source d’émerveillement devant laquelle nous paraissions lilliputiens.

Quelle leçon d’humilité !

Après un long moment de relaxation, nous avons quitté ce lieu paradisiaque contents d’avoir trouvé la quiétude et la sérénité.

(JPG)

Quelques photos :

(JPG)

Pitcairnia angustifolia accrochés à la paroi rocheuse sur toute la hauteur des chutes.

(JPG)

Contreforts d’un "Bwa rivyè".

(JPG)

Cabosse de cacaoyer.

(JPG)

Anthurium.

(JPG)

Magnifique Samana